Patrimoine Sassou Nguesso: le Congo porte plainte à Paris contre deux ONG

Le président du Congo, Denis Sassou Nguesso, le 18 octobre 2008 à Québec

 

 

 

 

Info-UFR/Le 6/12/2008 

BRAZZAVILLE (AFP) — Le Congo a porté plainte vendredi à Paris contre deux ONG accusant des chefs d'Etat africains, dont le Congolais Denis Sassou Nguesso, de posséder en France des biens financés par de l'argent public détourné, a annoncé à l'AFP le porte-parole du gouvernement congolais.

"Ce (vendredi) matin, nous avons porté plainte contre les deux ONG françaises (Transparence internationale France -TI- et Sherpa) au Tribunal de grande instance de Paris", a déclaré le porte-parole, Alain Akouala Atipault, également ministre de la Communication, trois jours après une plainte contre X de ces ONG visant trois présidents africains.

La plainte de Brazzaville émane du "gouvernement et du chef de l'Etat congolais", a précisé M. Atipault qui n'a pas souhaité fournir de détails sur son libellé et la personne qui l'a déposée.

"Nous allons engager une bataille qui, par la suite, montrera que ces pseudo-ONG sont le cheval de Troie de certains lobbies politico-financiers obscurs", a-t-il cependant ajouté, en les accusant de s'inscrire dans une "logique de (...) déstabilisation politique".

Jeudi, il avait fustigé TI et Sherpa, les qualifiant de "groupuscules".

La plainte contre X déposée le 2 décembre à Paris par ces deux ONG et un ressortissant gabonais vise, outre le président Sassou Nguesso, Omar Bongo Ondimba (Gabon) et Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatoriale).

Elle porte sur "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France" par ces trois chefs d'Etat, "ainsi que des membres de leur entourage", selon ces organisations.

Sherpa et TI avaient déjà tenté de faire ouvrir une enquête sur ce dossier, en mars 2007 et en juillet 2008, sans succès, le parquet de Paris ayant classé l'affaire en estimant que les investigations n'avaient "pas permis de mettre en évidence des infractions pénales".

Le quotidien français Le Monde avait rapporté en janvier que les investigations policières avaient notamment établi que M. Bongo et sa famille possédaient 33 appartements ou maisons en

 

 

 

Version imprimable

Commentaires (1)

1. kouka (site web) 16/04/2009

pour moi je dire,pour une personne qui a un salaire de douze million de francs CFA,il n'ai pas possible qu'il est des tel bien,si et si ,il ne vole pas.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Google

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site