AFRIQUE: Suivre les avancées dans la circoncision masculine

NAIROBI, 14 mars 2010 (IRIN/PlusNews) - La circoncision masculine médicale est désormais largement reconnue comme un outil important pour la prévention du VIH, et plusieurs pays africains l’ont inclus dans leurs stratégies nationales de lutte contre le VIH.

IRIN/PlusNews liste les progrès de 13 états en Afrique de l’Est et en Afrique australe, identifiés comme des pays prioritaires pour une augmentation de la circoncision masculine par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Kenya : on estime que 85 pour cent des hommes sont circoncis, mais dans la province de Nyanza, qui détient la plus forte prévalence du pays, seulement 40 pour cent des hommes ont subi l’opération. En 2008 le gouvernement a lancé une campagne nationale et à la fin 2009, plus de 90 000 hommes avaient été circoncis, dont 40 000 durant une initiative de deux mois « résultats rapides » dans la province de Nyanza.

Le gouvernement a pour objectif d’amener l’ensemble des hommes non-circoncis – soit 1, 1 million de personnes – à se faire opérer d’ici 2013. Le Kenya est le seul pays africain à avoir, avec succès, développé l’accès à la circoncision masculine à une aussi grande échelle.

Zambie : le taux de circoncision masculine est de 13 pour cent et la Zambie souhaite circoncire 250.000 hommes par an. Plus de 16.000 hommes ont été circoncis dans 11 sites en 2009 et l’objectif est d’avoir 300 sites offrant ces services d’ici 2014.

Swaziland : Le ministère de la Santé et des affaires sociales envisage de faire circoncire 80 pour cent des hommes âgés de 15 à 24 ans d’ici la fin de 2014. Seulement huit pour cent des hommes du Swaziland sont circoncis. Le pays – qui détient le taux de prévalence au VIH le plus élevé au monde – a développé une stratégie de circoncision masculine en 2008. A la fin de 2009, plus de 5.000 hommes avaient subi l’opération.

Botswana : Cinq centres d’excellence ont été identifiés pour développer les services de circoncision, et le Ministre de la Santé souhaite atteindre au moins 460 000 hommes et garçons séronégatifs au dessous de l’âge de 49 ans d’ici 2012. Plus de 4 300 hommes ont été circoncis depuis avril 2009.

Zimbabwe : En avril 2009, la phase pilote de services de circoncision a débuté ; 1 818 hommes ont été circoncis sur quatre sites. Une politique nationale de circoncision masculine a été lancée en novembre 2009.

Rwanda : Depuis 2008, le gouvernement a introduit la circoncision masculine dans l’armée, où la prévalence est de 4,5 pour cent, comparée à un taux national de trois pour cent. Une étude récente a suggéré que le Rwanda devrait aussi développer la circoncision à travers un large éventail de groupes d’âges, surtout chez les très jeunes, où la procédure s’est révélée extrêmement économique.

Afrique du Sud : le gouvernement a été critiqué pour sa lenteur à développer une stratégie nationale pour la circoncision. En décembre 2009, le pays avait un avant-projet de politique mais aucun mécanisme pour la formation, l’assurance qualité, ni pour la surveillance et l’évaluation. L’Afrique du Sud a la population séropositive la plus importante au monde.

Environ 35 pour cent des hommes sont circoncis. Des données provenant du seul site qui offre actuellement une circoncision gratuite – Orange Farm, près de Johannesburg – indiquent que 14 253 hommes se sont fait circoncire en 2009.

Namibie : un avant-projet de politique a été soumis au parlement et la formation de professionnels de santé en chirurgie est en cours. Cinq sites pilotes pour la circoncision ont été identifiés, et deux d’entre eux sont opérationnels. Une analyse de terrain en 2009 a montré que le coût unitaire par procédure était très élevé : 88 dollars par adulte et 72 dollars pour les nouveau-nés.

Lesotho : environ 4 000 hommes sont circoncis annuellement dans des cliniques gouvernementales ou privées. Une politique a été approuvée mais elle doit encore être mise en place, et une mise en œuvre officielle n’a pas encore démarrée. La Puisano Outreach Organization, une organisation non gouvernementale (ONG) locale, a lancé des campagnes pour la circoncision à travers le pays.

Tanzanie : une analyse de la situation datant de 2009 a montré que la circoncision était acceptée, même parmi les communautés qui, traditionnellement, ne la pratiquaient pas, et 70 pour cent des Tanzaniens étaient circoncis. Une politique nationale est en cours de développement et trois sites de démonstration ont été mis en place.

Mozambique : aucune politique officielle pour la circoncision masculine n’a été développée, mais il existe un plan opérationnel pour la prévention du VIH qui inclut la circoncision. Cinq sites pilotes ont été sélectionnés pour un développement en 2010.

Malawi : le pays conduit une analyse de données pour alimenter sa stratégie pour la circoncision masculine. Une ONG locale, Banja la Mtsogolo, fournit des services de circoncision masculine dans ses centres de soins, où 19 cliniciens formés procèdent à l’opération.

Ouganda : c’est l’un des trois pays où des études ont montré le lien entre la circoncision masculine et le VIH, mais seulement 25 pour cent des hommes sont circoncis et la prévalence du VIH est en hausse. Des critiques ont été émises concernant l’échec d’un démarrage suffisamment rapide de la circoncision masculine – le pays n’a toujours pas de politique, et il n’a pas non plus démarré de prestations de services.

kr/kn/he
/sk

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Google

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site