Le choix gabonais de Nicolas Sarkozy, par Philippe Bernard

Analyse

SOURCE : LE MONDE | 23.02.10 |  •  publié par Info-UFR le 23.02.10

ucun autre pays d'Afrique n'a eu le privilège d'accueillir le président de la République française trois fois en moins de trois ans. C'est au Gabon d'Omar Bongo que Nicolas Sarkozy, tout juste élu en 2007, avait choisi de faire étape, pour son premier voyage sur le continent noir. C'est au Gabon en deuil que le chef de l'Etat français s'est rendu, en juin dernier, pour les obsèques du potentat qui a régné quarante-deux ans durant sur ce petit émirat pétrolier et profrançais du golfe de Guinée.

C'est à nouveau au Gabon, celui d'Ali Bongo, fils du précédent, élu en août dans des conditions contestées, que le président français a décidé de se rendre, mercredi 24 février. Il devrait y célébrer le renouveau de l'"amitié franco-gabonaise" marquée par le choix de Libreville (plutôt que Dakar) comme localisation de l'unique base militaire que la France entend conserver en Afrique de l'Ouest et par la signature d'un vaste "plan d'action" concerté.

M. Sarkozy devrait aussi exprimer l'espoir que place Paris dans le nouveau président Bongo, qui prône un "meilleur partage des richesses" et promet un "Gabon émergent". Après cette visite d'amitié, le ton sera tout autre à Kigali (Rwanda), où le président doit passer quelques heures, jeudi 25 février, pour sceller une réconciliation diplomatique avec le régime du général Kagame, qui considère la France comme un complice du génocide de 1994.

Pourquoi Nicolas Sarkozy, autrefois avocat de la "rupture" avec la "Françafrique", multiplie-t-il les signes de bienveillance avec le pays qui symbolise jusqu'à la caricature ces relations incestueuses ? Pourquoi la France continue-t-elle de concentrer tant d'attention sur ce petit pays de moins de 1,5 million d'habitants aux richesses pétrolières déclinantes ? La France s'en défend, mais elle a aidé à l'élection du fils d'Omar Bongo, considéré comme le meilleur garant de la stabilité du pays et des intérêts français. Logiquement, Paris attend les dividendes de sa sollicitude. Les Français, déjà très présents dans l'exploitation du pétrole (Total), du bois (Rougier) et du manganèse (Comilog) ne se résolvent pas à laisser d'autres leur tailler des croupières. Vincent Bolloré s'intéresse de près à l'extension du port de Libreville.

La France espère aussi qu'Ali Bongo renégocie la convention conclue en 2008 par son père avec une société chinoise pour l'exploitation de l'immense gisement de fer de Belinga. Le même français Bolloré convoiterait le marché de la logistique et du transport du minerai.

La situation géographique du Gabon, au coeur du continent, à portée d'avion de la plupart des zones de crise, constitue un autre atout aux yeux de Paris. D'autant que le régime gabonais, peu émancipé de l'ancien colonisateur, ne voit aucun inconvénient à continuer d'accueillir une base de l'armée française qui lui sert d'assurance-vie depuis quatre décennies.

Le fait que le Gabon siège au Conseil de sécurité de l'ONU jusqu'à la fin 2011 et qu'il le présidera en mars, au moment où pourrait avoir lieu le débat sur les sanctions contre l'Iran, explique aussi l'étape du président français à Libreville.

Si Nicolas Sarkozy veut croire qu'Ali Bongo est capable de rompre avec le mode de gouvernement de son père, mélange d'autoritarisme cynique, de clientélisme bonhomme et de prédation financière, c'est que le personnage d'Ali Bongo, qui affiche son volontarisme politique sans renier un mode de vie bling-bling, est sans doute familier au président français. C'est aussi que l'époque a changé.

Timidement, la démocratie fait son chemin au Gabon, et la France, depuis le génocide au Rwanda, ne veut plus apparaître en sauveteur de régimes décriés. Reste la réalité gabonaise : celle d'un pays potentiellement prospère mais parsemé de bidonvilles et où l'espérance de vie ne dépasse pas 57 ans. Les premières décisions d'Ali Bongo - instauration de la journée continue pour améliorer la productivité, augmentation des salaires, recensement des fonctionnaires pour éliminer les postes fantômes, interdiction de l'exportation de grumes de bois pour favoriser leur transformation sur place - témoignent d'une volonté de "TsunAli", comme le surnomment ses partisans, de remettre en marche rapidement un pays paralysé par quarante-deux ans d'oligarchie.

Ces mesures resteront la "poudre aux yeux" lancée par le "monarque" Bongo II que dénoncent les opposants, si Bongo fils ne veut ou ne peut imposer la transparence, tant de sa gouvernance que du patrimoine de sa propre famille. La révélation, en février, par un rapport du Congrès des Etats-Unis, d'opérations de blanchiment d'argent, et les virements occultes de plusieurs centaines de milliers de dollars dont son épouse d'alors, Inge Lynn Collins Bongo, et lui-même "ont bénéficié" entre 2000 et 2003, montrent que les mauvaises habitudes d'Omar Bongo n'ont pas nécessairement pris fin avec sa disparition.

Nicolas Sarkozy semble peu regardant sur cet aspect du régime Bongo, puisqu'il a tout fait pour étouffer, en France, l'affaire des "biens mal acquis" (actuellement en instance à la Cour de cassation). S'il paraît considérer Ali Bongo comme un modèle, c'est sans doute que l'Afrique francophone, entre président vieillissant (Sénégal) ou absent (Cameroun), potentat agrippé au pouvoir (Côte d'Ivoire) et militaires putschistes (Guinée, Niger) offre bien peu de références positives.

Courriel : bernard@lemonde.fr.

Philippe Bernard (Service International)
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Google

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×