Pas de flouze pour la Françafrique

Par SABINE CESSOU

Indépendance ? Dépendance ? Il y a de quoi se demander ce que l’on fêtera en 2010 en France, lors du cinquantenaire des indépendances africaines. Jacques Toubon, chargé d’organiser les festivités côté français, s’est rendu à Ouagadougou le 15 mars, pour y rencontrer Blaise Compaoré, le président du Burkina Faso. Ce dernier lui a demandé… une aide de la France pour fêter son indépendance ! Paris veut bien donner, mais sous forme de vagues «partenariats». C’est que le secrétariat général à «l’année de l’Afrique», créé à Paris par Nicolas Sarkozy en juin 2009, n’a pas reçu le budget de 13 millions d’euros qu’il espérait. Du coup, le cinquantenaire, décrié comme «cinquante ans de Françafrique» par l’association Survie, se contentera du service minimum : un énième sommet franco-africain à Nice, du 24 au 31 mai, puis le défilé du 14 juillet ouvert aux contingents des armées des anciennes colonies françaises. Le symbole, là encore, paraît maladroit : nombre de ces armées se sont illustrées ces dernières années dans des massacres ou des guerres civiles. 

Source : Liberation

 

Google

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site