Recueillement au Congo un an après le décès d'Edith Lucie Bongo

AFP) – 14/03/2010

LIBREVILLE — Plusieurs centaines de personnes ont assisté dimanche dans le nord du Congo à une messe d'actions de grâce en souvenir d'Edith Lucie Bongo Ondimba, fille aînée du président congolais et Première dame du Gabon décédée il y a un an, ont rapporté des témoins à l'AFP.

La cérémonie s'est déroulée à Edou (450 km de Brazzaville), village natal de Denis Sassou Nguesso où Edith Bongo a été inhumée le 22 mars 2009, huit jours après son décès à Rabat à l'âge de 45 ans.

Son père, ses parents et proches, des membres du gouvernement notamment ont assisté à l'office, ainsi que les présidents Teodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale et Thomas Yayi Boni du Bénin, ont indiqué ces témoins joints depuis Brazzaville.

Une cérémonie de retrait de deuil a ensuite regroupé ses proches à Oyo, ville proche d'Edou.

Au Gabon, plusieurs médias diffusent depuis plusieurs jours des émissions et clips en hommage à Edith Bongo, "une femme au grand coeur", "une femme d'exception", à l'origine de plusieurs oeuvres sociales au Congo et au Gabon.

Edith Lucie Sassou Nguesso avait épousé en 1990 Omar Bongo Ondimba, dont elle eut deux enfants. Omar Bongo est décédé quelques mois après son épouse, en juin, à l'âge de 73 ans.

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés. Plus »

Lire aussi :

Une messe d’action de grâce en mémoire d’Edith Lucie Bongo Ondimba

La paroisse Notre dame d’assomption d’Oyo (département de la Cuvette) a abrité le 10 mars une messe d’action grâce organisée en souvenir de la date de naissance de l’ex-première dame du Gabon Edith Lucie Bongo Ondimba.

Une messe d’action de grâce en mémoire d’Edith Lucie Bongo Ondimba
Née le 10 mars 1964, Mme Bongo Ondimba est décédée le 14 mars 2009 à Rabat (Maroc) à la suite d’une longue maladie. Cette messe à laquelle le couple présidentiel congolais a pris part, a été dite avant la commémoration de l’an un de sa disparition.

Le curé de la paroisse d’Oyo, l’Abbé Joseph, qui a célébré la messe, a invité l’assistance à faire preuve d’amour sans hypocrisie envers les autres. «L’amour du prochain est la source de la vie», a-t-il dit, demandant aux fidèles de prier sans cesse pour la pureté de l’âme de l’illustre disparue.

Les populations d’Oyo, les amis et connaissances des familles Sassou N’Guesso et Dira, ont participé à cette messe. «Il y a des personnes exceptionnelles à qui Dieu a confié des missions bien particulières. Edith est l’une de ces personnes au regard de ce qu’elle a fait non seulement à Oyo mais aussi dans les autres villes et localités du pays. Au Gabon où elle était la première dame, elle est considérée comme une mère attentive qui ne s’est pas privée pour donner le meilleur d’elle-même au profit des personnes défavorisées et vulnérables», a confié une femme habitant à Ollombo, au sortir de la messe.

Un habitant d’Oyo a indiqué que la disparition de Mme Bongo Ondimba avait affecté non seulement les Congolais et les Gabonais mais aussi les peuples des autres pays d’Afrique et d’ailleurs.

«Elle appartient au Congo et au Gabon. Cette cérémonie est un grand évènement. Lors de son inhumation, plusieurs dirigeants africains ont foulé le sol d’Oyo. Mme Bongo Ondimba a réalisé une œuvre caritative abondante sur le continent africain d’où il sied que nous lui témoignons notre reconnaissance», a-t-il dit.

Sur les principales artères d’Oyo sont affichées les effigies et les banderoles portant les images de Mme Bongo Ondimba.

Jeudi 11 Mars 2010 - 11:23
Sylver Ikama
Google

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×