Sassou Nguesso et l'échec du Programme d'appui à la bonne Gouvernance

Contexte
Dans les années 90, la démocratie naissante au Congo est mise à rude épreuve, la situation socio-politique du pays est émaillée des séries de guerres civiles. Après plusieurs efforts de la part des congolais, un Accord de Cessation des Hostilités est signé le 29 décembre 1999 et un Dialogue National est organisé. Le 20 janvier 2002, une nouvelle Constitution est élaborée et adoptée par un référendum populaire qui pose à nouveau, les bases de l’Etat de droit voulu par les Congolais. 

Dans son programme « la Nouvelle Espérance », Le Président de la République du Congo, élu la même année, détaille en 12 points sa volonté de promouvoir la bonne gouvernance. L'une des clefs pour y arriver est non seulement une installation effective des nouvelles institutions constitutionnelles, mais aussi une amélioration de l'appareil administratif et une gestion des ressources orientée vers plus de transparence, d'efficience et d'efficacité.
 
C’est ainsi que le PNUD, conformément au Cadre de Coopération de Pays pour 2004-2007, se propose de soutenir cet engagement à travers l'élaboration et la mise en œuvre d'un programme d'appui à la bonne Gouvernance

Rappelons que l’importance cruciale de la gouvernance démocratique dans le monde en développement a été soulignée au cours du Sommet du Millénaire de 2000. Les dirigeants mondiaux ont, à cette occasion, convenu de n’épargner aucun effort pour promouvoir la démocratie et renforcer l’état de droit, ainsi que le respect de tous les droits de l’homme et libertés fondamentales, y compris le droit au développement.

Financé par la Suède et le PNUD, le programme d'appui à la bonne Gouvernance vise globalement à appuyer le processus démocratique et à consolider l'État de droit pour un développement durable.
 
Composantes/volets du Programme
 

1. Gouvernance démocratique : renforcement du Parlement ; appui aux nouvelles institutions démocratiques ; renforcement de la Société civile et promotion des droits humains ; appui au cadre légal des partis et associations politiques.
 
2. Gouvernance Administrative : appui à la lutte contre la fraude et la corruption et renforcement de la transparence et de l'éthique ; amélioration du fonctionnement de l'administration publique ; renforcement de la coordination et de la concertation interministérielles.
 
3. Gouvernance Locale: appui au processus de décentralisation ; appui au développement local.
 
4. Gouvernance Économique: renforcement des capacités nationales dans la gestion économique et financière ; appui au développement du Secteur privé.
 
5. Appui à la formulation d'un Programme Cadre National de Bonne Gouvernance.

Ligne de service n°1: Développement parlementaire

Ligne de service n°2: Justice et droits de l’homme:

Ligne de service n°3: Processus et systèmes électoraux

Ligne de service n°4: Décentralisation et gouvernance locale

Source : Pnud

publié par info-ufr, le 4/04/2010

Google

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site